Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Aubry s'oppose à «une République abîmée» par «trois ans de sarkozysme»

3 Juillet 2010 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Information

 
Convention rénovation

 

 

Le PS se rénove et se paie l'UMP

Aubry accuse le sarkozysme d'avoir «abîmé la République»

La première secrétaire du PS a mené samedi une attaque en règle contre l'UMP et le chef de l'Etat, promettant de «réparer la France» en cas de victoire de la gauche en 2012.

 

"On est très, très loin de cette République irréprochable vantée par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007 !", a insisté le maire de Lille devant quelque 500 militants et délégués, lors de la convention du parti réunie au Carrousel du Louvre, sous la pyramide de verre voulue par François Mitterrand.

 

Samedi, le Parti socialiste mettait en musique sa rénovation interne. Les militants ont approuvé lors d'une convention à Paris la réforme des statuts, instaurant des primaires, des principes de diversité et de renouvellement, etc. Le parti se veut un peu plus exemplaire face à une UMP, empêtrée dans les scandales, qui le serait moins.

 

 

 

 

Martine Aubry

 

Un ravalement de façade avant de promettre de "réparer" la France. Le Parti socialiste se retrouvait samedi au Carrousel du Louvre, à Paris, pour entériner la convention sur sa rénovation. Les militants ont accepté le coup de polish proposé par Martine Aubry: organisation de primaires à l'automne 2011 en vue de la présidentielle, fin du cumul des mandats dès les prochaines élections, instauration d'un principe de diversité et du renouvellement, parité totale dans les instances et sur les listes du PS. Bref, la petite révolution souhaitée par la première secrétaire est enfin passée. "C'est une grande rénovation, de la cave au grenier, et on invite tous les Français à venir dans cette grande maison", résumait Harlem Désir, secrétaire national du PS, vendredi, dans le journal 20 minutes.

Le PS veut donc se présenter en parti exemplaire, une aubaine au terme d'une semaine marquée par les polémiques visant la majorité. Ainsi, Martine Aubry a déploré "un rapprochement permanent entre le monde politique et le monde de l'argent", faisant référence aux multiples affaires touchant aux dépenses de certains ministres ou à l'affaire Bettencourt. "Notre démocratie est abîmée", a-t-elle déclaré, pointant du doigt les ministres "qui ont oublié les exigences et le devoir d'exemplarité qui vont avec leur charge".

"L'UMP abîme la démocratie"

"Où est passé le sens de l'intérêt public?", s'est interrogée la maire de Lille.  

 

"De la soirée au Fouquet's, qui a donné le ton, à l'affaire Bettencourt-Woerth en passant par Jean Sarkozy à la tête de l'Epad, c'est à la fois et à chaque fois un entrelacs fâcheux entre le pouvoir politique et les intérêts d'argent", a-t-elle poursuivi. "L'UMP - je le dis et le regrette - abime la démocratie et le PS se propose de la reconstruire". S'il gagne en 2012, le PS "réparera la France", a aussi promis l'ancienne ministre.

Et la diatribe anti-UMP s'est poursuivie avec Benoît Hamon. Le porte-parole du parti a invité Nicolas Sarkozy à "tirer les conséquences" d'une situation "nauséabonde" et "intenable". "La responsabilité de ce spectacle tient à ses acteurs et les acteurs de cette triste pièce sont: Nicolas Sarkozy, François Fillon, François Baroin, Eric Woerth et l'UMP toute entière, qui se solidarisent d'une situation qui est absolument intenable", a-t-il dit. "Il n'y a pas un Français, même de droite, pour soutenir ça, pas un", a-t-il tranché.

Face à ce tir groupé, une seule réplique: dans un communiqué publié samedi, la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano dénonce un PS "inutile à la France". Pour celle qui est aussi conseillère politique de l'UMP, "l'anti-sarkozysme aigu" de Martine Aubry "et ses attaques infondées contre le président de la République ne feront jamais un programme pour la France".

Martine Aubry estime que Nicolas Sarkozy "abime la démocratie". (Reuters)

Partager cet article

Repost 0