Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Avec ses vingt-trois classes menacées et sa cinquantaine de postes supprimés dans les lycées, le Valenciennois s'annonce mobilisé

31 Janvier 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Education

Avec ses vingt-trois classes menacées et sa cinquantaine de postes supprimés dans les lycées, le Valenciennois s'annonce mobilisé

mardi 31.01.2012, 05:35  - La Voix du Nord

 Du côté des lycées, la mobilisation a commencé dès hier comme à Saint-Amand (à gauche) et Anzin. Du côté des lycées, la mobilisation a commencé dès hier comme à Saint-Amand (à gauche) et Anzin.

Difficile de savoir comment va être suivi le mouvement de grève ...

 

lancé aujourd'hui dans l'Éducation nationale par une intersyndicale voulant protester contre les suppressions de postes. Dans l'arrondissement, l'adhésion semble pourtant se dessiner, eu égard au nombre important d'établissements touchés.

Hier, le rectorat ne parlait que de 20 % de grévistes pour le premier degré sur l'ensemble de la région. Un chiffre qu'il tire de l'obligation faite aux enseignants de déclarer leur intention 48 heures avant un mouvement. Ceci pour mettre en place le service minimum d'accueil des maternelles et des primaires. Par contre, pour le second degré, c'était l'énigme.

Dans le Valenciennois, la mobilisation devrait prendre une tout autre ampleur, en raison des fermetures de classes et suppressions de postes annoncées la semaine dernière (nos éditions des 23, 24 et 25 janvier).

Dans le premier degré. - Vingt-trois classes sont donc menacées de fermeture soit près du quart de ce que devrait perdre le département. Dans les écoles concernées, enseignants et parents d'élèves se serrent les coudes. Et là où normalement les grèves ne sont pas spécialement suivies, cette fois-ci, ça va tonner. C'est le cas par exemple à la Solitude de Vieux-Condé où on parle d'occuper les classes ou encore à Préseau où la totalité des enseignants a décidé de jeter le tablier pendant une journée. Seule la remplaçante de la directrice assurera son service. Par ailleurs, enseignants et élus constituent un dossier et devraient se réunir prochainement avec les parents d'élèves. Idem à la maternelle et en primaire aux Acacias à Valenciennes, où le nombre de grévistes est d'ordinaire limité.

Dans les lycées. - Après les actions menées au lycée du Pays de Condé la semaine dernière, c'était au tour du lycée Couteaux de Saint-Amand et du lycée professionnel d'Anzin de descendre dans la rue. Les premiers sont allés jusqu'en mairie discuter avec Alain Bocquet des quatorze postes qui vont disparaître après une précédente hémorragie de quarante-trois postes en quatre ans. Le député-maire devrait intervenir aujourd'hui à ce sujet à l'Assemblée nationale. Côté anzinois, c'est sur la place qu'enseignants, élèves et parents du lycée professionnel ont scandé leur refus de perdre dix postes. « Sur le bassin, c'est l'équivalent d'un bahut que l'on veut supprimer », s'irritaient les manifestants(notre édition du 1er février).

Avec une cinquantaine de disparitions sur Anzin, Saint-Amand, Denain et Condé, c'est l'appauvrissement des filières proposées aux élèves que craignent les personnes mobilisées. On sait déjà qu'au lycée du Pays de Condé, l'appel sera très suivi. Des échos identiques venaient aussi hier du très maltraité lycée amandinois. •

M. T.-N.

Partager cet article

Repost 0