Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Borloo / Sarkozy : Mise en scène orchestrée de "leur retrouvailles"

23 Mars 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Présidentielle 2012

Le Point.fr - Publié le 23/03/2012 à 12:52 - Modifié le 23/03/2012 à 13:11

L'ex-ministre et le président-candidat ont savamment mis en scène leur "réconciliation", au cours d'un déplacement sur la rénovation urbaine.

Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo, réunis à Valenciennes.

Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo, réunis à Valenciennes. © DR

C'était la photo que Jean-Louis Borloo attendait.
 Celle aussi dont Nicolas Sarkozy avait besoin. Sur les terres du premier, à Valenciennes, le président du Parti radical et le chef de l'État se sont promenés côte à côte, vendredi matin, en plein soleil, histoire d'officialiser leur réconciliation, cinq mois après le retrait de la course à la présidentielle de Borloo. "Ce sera tendre", avait promis le Valenciennois au Monde.fr. Et, en effet, l'un et l'autre éluderont tranquillement les questions sur leurs prises de distance respectives depuis un an : "On ne s'était jamais vraiment séparés", lâche, par exemple, Nicolas Sarkozy. "C'est un soutien franc et massif, monsieur Borloo ?" interroge alors à trois reprises une journaliste. L'ex-maire de Valenciennes hésite un instant, puis se tourne vers la caméra, souriant : "France et massif, oui !"

Le ton a changé. Il y a quinze jours, celui qui avait quitté le gouvernement, faute d'accéder à Matignon, fin 2011, faisait voter dans la confusion la plus totale un "soutien vigilant" et "exigeant" à Nicolas Sarkozy par les adhérents de son parti. Depuis, les radicaux n'ont cessé de débattre sur la meilleure manière de mettre en scène les retrouvailles entre l'ancien aspirant candidat, censé incarner la fibre sociale de la majorité - et qui fustigeait encore cet été la "droitisation" du gouvernement -, et celui qui est désormais le candidat de l'UMP. La semaine dernière, Borloo a d'ailleurs renoncé à se déplacer à Meaux, chez Jean-François Copé, sous les pressions de son parti, alors même que le thème du déplacement était la rénovation urbaine, censée être son bébé.

 

"Vous êtes toujours vigilant, M. Borloo ?"

l'interroge-t-on, alors que Nicolas Sarkozy a pris de l'avance dans la promenade. L'ancien ministre de l'Environnement s'apprête à répondre et profite de la main tendue d'une admiratrice pour botter en touche et partir rattraper le chef de l'État. "Le combat politique, c'est peser", avait-il assuré quelques secondes plus tôt devant les caméras de France 3. On ne le lui fait pas dire...

Partager cet article

Repost 0