Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Ces assistés de l'Élysée...

21 Février 2013 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Information

Ces assistés de l'Élysée...

Le Point.fr- Publié le 19/02/2013 à 21:41- Modifié le 20/02/2013 à 07:46

Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy coûtent chaque année une somme colossale à la République. Une situation unique au monde.

Montage photo : Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chiracet Nicolas Sarkozy.

Montage photo : Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chiracet Nicolas Sarkozy.© Eraldo Peres/F.Lepage/Remy de la Mauviniere / Sipa

 

Les patrimoines de VGE, Chirac ou Sarkozy doivent beaucoup aux contribuables. En application d'une décision de Laurent Fabius en 1985, alors qu'il était Premier ministre de François Miterrand, la République, dont la prodigalité semble sans limite, met à la disposition des anciens chefs d'État tricolores un appartement de fonction "meublé" et "équipé".

Ainsi, Giscard occupe depuis une trentaine d'années de somptueux locaux boulevard Saint-Germain à Paris. Idem pour Jacques Chirac, rue de Lille. Quant au mari de Carla Bruni, il dispose d'un appartement de 320 mètres carrés composé de 11 pièces, qui nécessite une dépense annuelle de 180 000 euros, soit 15 000 euros par mois. Quid des autres privilèges ? Toujours selon le texte fabiusien, nos anciens présidents ont le droit de disposer d'une équipe d'au moins sept personnes prises en charge par la nation. Le prédécesseur de François Hollande ne s'en prive pas. Il s'est entouré d'un directeur de cabinet, d'une conseillère diplomatique, d'une chargée de la communication, de deux secrétaires, d'un intendant..., mais aussi de nombreux gardes du corps pour sa surveillance et celle de l'hôtel particulier de son épouse. Sans compter la voiture de fonction avec chauffeur qu'il utilise à l'envi...

Sur ce terrain, Hollande voudrait incarner la rupture
Le président actuel souhaite rompre avec cette tradition bien française. En janvier dernier, il promettait de modifier les textes permettant une telle goinfrerie. Mais s'il est d'ores et déjà dit que les présidents ne seront plus membres à vie du Conseil constitutionnel, cette mesure ne sera pas rétroactive. Et pour René Dosière, "ce n'est (toujours) pas sain".

Partager cet article

Repost 0