Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Entre « exposé catastrophiste » et « lueur d'espoir », les élus du Cedre plaident pour une école démocratique

5 Mars 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Education

 Patrick Kanner et d'autres élus de gauche ont lancé un appel à sauver l'école républicaine. Patrick Kanner et d'autres élus de gauche ont lancé un appel à sauver l'école républicaine.

|  ON EN PARLE |

Dans l'idée, le Cedre voudrait étendre ses racines auprès de tous les élus progressistes, ...

 

partageant les principes d'une école républicaine laïque, gratuite et forte. Dans les faits, la réunion du Collectif des élus démocrates et républicains à l'éducation a pris, mercredi, des allures de meeting socialiste... Un meeting auquel une cinquantaine de personnes ont assisté.

Extinction de la lumière aux deux bouts du tunnel. C'est le spectre d'une amputation scolaire que devine Yves Durand, maire de Lomme. D'un côté, on supprime l'accès aux enfants de 2 ans, de l'autre « on est en train de tarir l'enseignement professionnel », résume-t-il. À l'approche des présidentielles, il dresse le constat alarmant d'une éducation transformée en industrie, où la carte scolaire, progressivement supprimée, entraînerait une « ghetto-isation », où l'autonomie des établissements est renforcée et où dans les établissements Éclair, les chefs recrutent eux-mêmes leurs enseignants. « Ça contrarie la démocratisation, râle-t-il. Au final on détecte les élèves qui réussissent le mieux et on les met ensemble. Les autres, on les laisse croupir dans une certaine médiocrité. Il faut donner plus à ceux qui en ont le plus besoin, mais ce que fait la droite aujourd'hui, c'est très exactement l'inverse. » Un examen d'entrée en classe de 6e, il le redoute le retour de l'ouverture des filières d'apprentissage en 4e, c'est déjà fait.

À cet « exposé catastrophiste », deux intervenants opposent une « lueur d'espoir ». Patrick Kanner, président du conseil général, oeuvre à l'élaboration d'un premier projet éducatif global (PEG), Un regret tout de même : au fil de ses forums, il a rencontré plus de mille personnes, mais « peu d'enseignants ». Le projet les concerne pourtant au plus près, puisqu'il sera adopté en juin pour une expérimentation sur une vingtaine de collèges. « Quel budget ? On n'en sait rien aujourd'hui », prévient-il. Ce qu'il sait en revanche, c'est que « tout ce qui n'est pas investi dans l'éducation aujourd'hui sera réinvesti demain dans la réparation sociale ».

Passer à l'action locale

Pour éviter d'en arriver là, Marie-Laurence Davoine, adjointe à Tourcoing, a prévu un plan local. Plus de deux ans qu'elle élabore Pégase, son Projet éducatif global apprendre et savoir ensemble, pas encore signé. Cinq axes y sont développés : améliorer l'environnement des élèves, aller vers la réussite scolaire, développer la communication en français et en langues étrangères, la santé, la citoyenneté. Une stratégie qui tend à démontrer que, même si les chiffres de la ville sont mauvais, une mobilisation locale est aussi possible. À Roubaix où le public est venu en petit nombre, difficile de savoir si le message est tombé dans l'oreille d'un sourd. • A. CHA.

Partager cet article

Repost 0