Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Indigne

23 Mars 2013 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Ump

Indigne

22 mars 2013 à 22:16
   
  
Par Éric Decouty

On le savait désemparé par la défaite, ulcéré par les querelles de la droite et bouleversé par le mariage pour tous. Mais ces tourments, porteurs d’homériques colères, ne semblaient pas de nature à altérer ses convictions. Homme de passions mais d’honneur, Henri Guaino demeurait un républicain inébranlable… Jusqu’à la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour «abus de faiblesse» et cette incroyable diatribe contre le juge Gentil, accusé de salir son mentor mais aussi les institutions. La France ! Homme de lettres, Henri Guaino, même agité par l’émotion, a à coup sûr soigneusement choisi ses mots. Ils attestent de son mépris pour les magistrats indépendants, pour la justice. En quelques phrases outrancières, le conseiller de l’ancien chef de l’Etat a piétiné ses convictions républicaines. Et il n’est pas le seul. Car, comme au temps où il distribuait les «éléments de langage» aux ministres appelés à porter la bonne parole sarkozyste dans les médias, la vindicte d’Henri Guaino a diffusé dans certains rangs de la droite. Pendant qu’Alain Juppé rappelle sobrement que Nicolas Sarkozy est «présumé innocent», des soudards de l’UMP, sans rien connaître du dossier d’instruction, ni de la procédure, reprennent sans vergogne, l’invraisemblable thèse du complot des juges quand ce n’était pas celui des socialistes…

 

C’est la saillie d’Henri Guaino, relayée par les Peltier, Guéant, Balkany, Luca et consorts qui est indigne, pas la méthode du juge Gentil.

Libération.fr

Partager cet article

Repost 0