Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

L’Europe se fâche enfin et Sarko se démasque…

16 Septembre 2010 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Information

L’Europe se fâche enfin et Sarko se démasque…

 — iledere @ 6:30

La Libre Belgique se félicite de la prise de position de la Commission européenne vis-à-vis de la politique française menée contre les Roms. Une réaction tardive, mais salutaire, estime le quotidien belge.

L’événement se révèle suffisamment rare pour être relevé – et applaudi. La Commission européenne, par la voix de Viviane Reding, a attaqué sans ambages ni circonvolutions oratoires la politique menée par la France à l’égard des Roms. Depuis quelques semaines déjà, Paris expulse des groupes de citoyens européens d’origine tsigane. La commissaire en charge de la justice et des droits fondamentaux a usé d’un vocabulaire fort (parlant de « honte » et se disant « personnellement choquée ») et de références explicites (à la « Seconde Guerre mondiale », dont personne n’a évidemment oublié les déportations) pour critiquer la politique discriminatoire des Hortefeux, Besson et autres Lellouche, inspirée par le président Sarkozy.

Viviane Reding a judicieusement ouvert le feu sur deux fronts au moins : celui du droit et celui de la morale. Elle a non seulement accusé le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité de discrimination et de violations des droits fondamentaux, mais elle a aussi ouvertement douté de l’intégrité de ces ministres qui disent blanc à Bruxelles mais font noir à Paris. On regrettera certainement que la commissaire européenne ait attendu d’avoir été trompée au vu et au su de toute l’Europe avant de taper du poing sur la table. Mais, quel que soit le temps perdu, elle rehausse aujourd’hui le prestige écorné de la Commission et rappelle que les violations des droits fondamentaux européens ne tolèrent aucun compromis.

Sabine Verhes pour La Libre Belgique

 

Dans leur nouvelle posture populiste, Nicolas Sarkozy et ses amis n’ont décidément plus peur de rien. La réponse du président de la République à la commissaire européenne Viviane Reding, lui conseillant d’accueillir des Roms au Luxembourg, son pays d’origine, est insultante, dégradante, et tellement contraire à toute l’idée de l’Europe dont la France a été l’un des initiateurs.

 

La sortie du chef de l’Etat a été faite au cours d’un déjeuner avec les sénateurs mercredi, selon les témoignages de plusieurs d’entre eux, au lendemain de la violente charge de la commissaire européenne contre la France. Mais au lieu de répondre politiquement, les ténors de la majorité ont choisi de faire appel aux vieux fond nationaliste qui sommeille en chaque Français, prompt à railler son voisin, surtout s’il est plus petit que lui. 

Copé dénonce les eurodéputés qui ont voté contre la France
 

Selon le sénateur de Haute-Marne, Bruno Sido :

 « [Nicolas Sarkozy] a dit que notre politique était la bonne et que c’était scandaleux -il s’en expliquera d’ailleurs demain [à Bruxelles, ndlr]- que l’Europe s’exprime de cette façon sur ce que fait la France.

Il a dit qu’il ne faisait qu’appliquer les règlements européens, les lois françaises et qu’il n’y avait absolument rien à reprocher à la France en la matière mais que si les Luxembourgeois voulaient les prendre [les Roms], il n’y avait aucun problème. »

Viviane Reding est Luxembourgeoise, mais elle est d’abord commissaire européenne à la Justice et aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté. A ce titre, elle ne représente pas son pays, même si elle est nommée par lui.

Dans le même ordre d’idée, j’ai sursauté ce matin en entendant Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale (et futur président de la République, se dit-il en se rasant le matin), dénoncer ces eurodéputés français qui ont voté « contre la France » la semaine dernière lors du vote du Parlement européen sur les expulsions de Roms.

Ainsi donc, dans l’Union européenne du XXIe siècle, selon monsieur Copé, un élu socialiste qui s’oppose à la politique gouvernementale à Paris devrait faire front avec lui dès lors qu’il se trouve dans l’Hémicycle de Strasbourg ? Quelle vision rétrograde et incroyablement chauvine.

Daniel Cohn-Bendit, jamais avare de métaphores footballistiques, a eu raison de donner l’exemple, sur France Info, d’un carton rouge adressé à un joueur français : faudrait-il être solidaire de sa faute sur le terrain parce qu’il s’agit d’un compatriote ?

Sarkozy réagit en coq gaulois piqué au vif

Cette vision de l’Europe est d’autant plus inquiétante qu’elle trouve un superbe terreau sur lequel prospérer dans une partie de l’opinion française. Nous en avons eu quelques exemples dans les commentaires qui ont accompagné l’article sur les déclarations de Viviane Reding. Le fait d’avoir voté « non » au référendum constitutionnel de 2005 signifie-t-il que tout ce qui vient de Bruxelles est négatif ?

Dans ce conflit, comme l’avait clairement exprimé Pascal Riché ce week-end en estimant dans un éditorial que la Commission européenne se devait d’engager une procédure contre la France dans l’affaire des Roms, Bruxelles est dans le vrai. La France de Nicolas Sarkozy a stigmatisé une communauté toute entière, comme dans cette incroyable directive des services de Brice Hortefeux, en violation de tous les engagements de la France.

En réagissant en coq gaulois piqué au vif, et en tentant de mobiliser ses troupes contre le « nain » luxembourgeois qui s’en prend à la « grande nation » française, Nicolas Sarkozy poursuit sur sa lancée de l’été. Il faut dire que sa progression de 20% parmi les sympathisants du Front national révélée par un récent sondage l’y incite.

De telles déclarations nous conduisent tout droit vers la régression mentale, alimentant tous les fantasmes et les préjugés vis-à-vis de « Bruxelles », et isolent un peu plus la France en Europe.

Bon voyage à Bruxelles jeudi, monsieur le Président. Attention à votre portefeuille, c’est plein d’étrangers.

Par Pierre Haski pour Rue89

Une réponse à “L’Europe se fâche enfin et Sarko se démasque…”

  1. La main gauche dit :

    D’ailleurs, pour mettre en perspective, il faudrait peut-être moins renvoyer à la dernière guerre qu’aux années 30 et imaginer… des tensions économiques fortes ne demandant qu’à aller sur le terrain des tensions politiques, un hargneux prêt à tout qui ne cesse de chercher à éveiller chez ses concitoyens haine raciale, aveuglement nationaliste, un voisin italien prêt à jouer sur le même terrain, l’absence totale d’union et d’arène parlementaire européenne… la comparaison troublante s’arrête là, l’Europe joue son rôle aujourd’hui et empêche, fort heureusement, de vérifier si les mêmes ingrédients produiraient les mêmes effets, et, revers de la médaille, permet à Sarkosy de jouer sur du velours en surfant continuellement sur l’ambiguïté, la ligne blanche…

    Merci à Section socialiste de l'île de Ré

Partager cet article

Repost 0