Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Le Parti socialiste du Nord au nouveau président : « François, soigne ta gauche et ne perds pas le Nord ! »

11 Mai 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Parti Socialiste

Le Parti socialiste du Nord au nouveau président : « François, soigne ta gauche et ne perds pas le Nord ! »

vendredi 11.05.2012, 05:02 - La Voix du Nord

 Un conseil fédéral qui, pour une fois, ne s'est pas tenu à huis clos, cette semaine. PHOTO ÉDOUARD BRIDE Un conseil fédéral qui, pour une fois, ne s'est pas tenu à huis clos, cette semaine. PHOTO ÉDOUARD BRIDE

| POLITIQUE |

C'est davantage qu'un appel du pied, c'est une supplique : Gilles Pargneaux , patron de l'influente fédération nordiste du Parti socialiste, souhaite vivement que Martine Aubry devienne Premier ministre et l'a fait savoir lundi soir, lors d'un conseil fédéral extraordinaire, à Lille. ...

 

Le conseil fédéral ? C'est le parlement du PS : 177 délégués désignés par sections, par circonscriptions et en fonction des différents courants du parti.

Extraordinaire ? Les portes de cette instance délibérant d'habitude à huis clos étaient cette fois grandes ouvertes pour accueillir les représentants des « partenaires » du premier tour, que ce soit le Mouvement républicain et citoyen, le Parti radical de gauche, le Rassemblement citoyen, ou encore Vincent Delhin d'Europe Écologie - Les Verts. Ce dernier n'oubliant pas d'insister sur les accords électoraux signés dans la perspective des législatives : « On va tout faire pour que ça se passe de la manière la plus respectueuse possible. Nous serons à vos côtés. Encombrants, mais à vos côtés »... Pas question donc que le nouveau président de la République ne se sente soudainement plus concerné par ces fameux accords tant décriés au regard du mince score obtenu par Eva Joly.

Et c'est aussi le message délivré en substance par Gilles Pargneaux : « Attention : à l'Assemblée, nous ne serons pas majoritaires tout seuls, mais avec nos partenaires. Il est primordial que les accords soient respectés. Si des accrocs interviennent, l'ensemble du résultat peut être mis en péril. » Et de prôner un dialogue avec le Front de gauche. « Si je devais m'adresser une dernière fois à François Hollande en le tutoyant, je lui dirais : "François, soigne ta gauche. Et ne perds pas le Nord'' »... Comprendre : tu serais bien inspiré de nommer Martine Aubry Premier ministre... « Ce serait bien. C'est une femme pleinement à gauche, qui nous permettrait d'être en phase avec ce combat. Elle a déjà permis ce rassemblement sur la gauche. » D'autres auraient moins ce profil ? « Disons que Martine apporte une valeur ajoutée. »

Gravité

Le message est clair, et tant pis si des cadres « hollandais » de la première heure, moins intimes de la maire de Lille, figurent au premier rang de ce conseil fédéral.

Tout le monde se retrouve en revanche sur la tonalité du propos. Dans un conseil fédéral organisé au lendemain du retour de la gauche au pouvoir, on s'attendait à une séance d'autosatisfaction collective. C'est finalement un message de gravité qui a rempli l'atmosphère : « Rien n'est fait pour les législatives. » Avance très juste de François Hollande faible score du PS dans les milieux périurbains lacunes sur le vote des retraités implantations du FN ambition revancharde de l'UMP... « Je ne crois pas qu'il y ait une adhésion massive aux valeurs de la gauche en France », a même dramatisé le politologue Rémi Lefebvre. Conclusion des cadres : « Se remettre sur le terrain, sans attendre. » Une campagne chasse l'autre... •

CHRISTOPHE CARON

Partager cet article

Repost 0