Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Les barons PS snobent le pouvoir.

1 Février 2013 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Parti Socialiste

Le Point.fr - Publié le 31/01/2013 à 17:37

De Gérard Collomb à François Rebsamen, de Martine Aubry à Ségolène Royal, les grands élus du PS ont gardé leur liberté de penser et d'agir...

Gérard Collomb, Martine Aubry, François Rebsamen et Ségolène Royal.

Gérard Collomb, Martine Aubry, François Rebsamen et Ségolène Royal. © Montage Le Point.fr

Par
   

"Je ne veux plus voir à Lyon un seul putain de ministre de ce gouvernement de merde !" Cette sentence fleurie est signée Gérard Collomb. Le magazine Lyon Capital l'a publiée dans son édition du mois de février, et le Lab d'Europe 1 l'a reprise. "C'est en hurlant que Gérard Collomb a réagi auprès de sa secrétaire en apprenant la décision du jury de ne donner qu'un strapontin à la ville de Lyon pour le label de la Cité de la gastronomie", contextualise le mensuel. La ville a été coiffée au poteau par un ticket "Tours-Paris-Rungis-Dijon".

Le maire de la deuxième ville de France a beau être socialiste, et donc faire partie de la majorité, ce n'est pas cela qui entrave sa liberté de penser, et encore moins sa liberté de parler. Comme lui, ils sont quelques-uns à ne rien craindre de l'exécutif. Leur pouvoir, ils le détiennent grâce à leur territoire. C'est la clef de leur indépendance. À la tête de puissantes fédérations socialistes, ils avaient la réputation de faire et de défaire les rois lors des congrès PS. Ils sont ceux que l'on appelle les barons locaux.

"Pas le doigt sur la couture du pantalon"

Gérard Collomb est leur chef de file - l'aura du boss des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini s'est quelque peu ternie au gré de ses affaires judiciaires. Ainsi Collomb n'hésite-t-il pas à faire campagne contre le non-cumul des mandats promis par François Hollande. Mais ce combat-là, c'est surtout François Rebsamen, maire de Dijon et président du groupe PS au Sénat, qui en est la tête de pont.

Pourtant ami du président, Rebsamen ne rate pas une occasion de dire son opposition au projet du gouvernement. Il exige de prendre en compte "la spécificité du Sénat", qui est de représenter les collectivités territoriales, pour exempter les membres du Palais du Luxembourg. "Il faut comprendre qu'il y a un Parlement qui n'est pas le doigt sur la couture du pantalon !" s'enflamme-t-il lorsqu'on lui demande si la solidarité ne doit pas être de mise.

"La politique doit être plus efficace"

En Poitou-Charentes, c'est Ségolène Royal qui règne. Après avoir mené la campagne présidentielle en faisant preuve d'"abnégation", elle-même le dit, après avoir perdu aux législatives en juin à La Rochelle, la voilà qui remonte sur le ring. L'ancienne candidate à la fonction suprême ne se gêne pas pour multiplier les offres de service en public,allant même jusqu'à livrer qu'elle regrette de ne pas avoir accepté le ministère de la Justice, tout en distillant en off des critiques souvent sévères contre la politique du gouvernement...

Parfois, elle le fait même sur Twitter ! "Les nouvelles peurs des Français in Le Monde. Passionnant. La demande d'ordre juste ne cesse de monter. La politique doit être plus efficace" (sic), postait-elle sur le réseau social le 26 janvier. François Hollande et Jean-Marc Ayrault apprécieront le message.

"Shadow Premier ministre..."

La maire de Lille Martine Aubry est, elle, aux abonnés absents. L'ancienne première secrétaire du PS se consacre à sa ville. Toutefois, elle vient de passer une dizaine de jours à Pékin dans le cadre d'une mission sur les relations France-Chine que lui a confiée le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Après quatre années mouvementées, une candidature malheureuse à la primaire socialiste, un duel avec François Hollande qui s'est conclu par un refus d'entrer au gouvernement, Aubry prend du temps pour elle. "Elle réfléchit à comment elle peut être utile, mais ne pense pas en termes de poste, de stratégie ou de trajectoire", confie le député des Yvelines Jean-Marc Germain, son ami et ancien bras droit.

Le gouvernement ne peut donc pas compter sur Aubry pour vanter ses mérites, laquelle fuit les médias. Même en privé, elle ne fait que peu de commentaires sur l'action du pouvoir. "Elle ne veut pas jouer le rôle d'un shadow premier secrétaire ou d'un shadow Premier ministre." De cela, François Hollande ne se plaint sans doute pas.

Partager cet article

Repost 0