Le débat du second tour entre François Hollande et Nicolas Sarkozy a été l'occasion pour le candidat du changement de dominer son adversaire en présentant ses propositions, en ramenant le candidat sortant à son bilan, sans jamais céder à l'invective. Retrouvez les meilleurs moments de cet échange.

Durant ce débat d'entre deux tours, le Président sortant a multiplié les erreurs. 

 

1. Le président de la justice, du redressement et du rassemblement

"Je serai le président de la justice parce que nous traversons une crise dure, grave qui touche les plus modestes et donc je veux que la justice soit au coeur de la République".

"Je serai aussi le président du redressement" alors que "la France a décroché" et que "le chômage est à un niveau historique".

"Je veux aussi être le président du rassemblement" car pendant "des années "les Français ont été opposés les uns aux autres, divisés".

2. Les piques contre le président sortant

"Avec vous c'est très simple, ce n'est jamais de votre faute , vous avez toujours un bouc-émissaire"

"Vous êtes toujours content de vous"

"C'est pas vous qui posez les questions, donnez les notes dans cet exercice"

"Vous ajoutez maintenant la calomnie au mensonge"

"Moi je protège les enfants de la République, vous vous protégez les plus privilégiés"

"Ne confondez pas votre personne avec la France"

"Vous avez distribué des chèques du Trésor Public aux contribuables les plus fortunés, je veux que les contribuables les plus fortunés fassent des chèques au Trésor Public"

"Vous avez dit que vous êtes allé à Fukushima, vous n'y êtes jamais allé"

"Ne cherchez pas la polémique, vous n’y arriverez pas"

3. Le rassemblement

"Je dois avoir le sens de la réunion, de la réconciliation" des Français

"Moi je ne distingue pas le vrai travail du faux, les syndicalistes qui me plaisent et ceux qui ne me plaisent pas, les organisations patronales (...), je n'oppose pas les salariés du privé et du public, je n'essaie pas de savoir qui est né ici depuis combien de générations, nous sommes tous Français et nous devons nous retrouver dans le même effort".


4. Le vivre ensemble

"Sur la viande halal, que les Français sachent bien que sous ma présidence, rien ne sera toléré en terme de présence de viande halal dans les cantines de nos écoles"

"Il n'y aura aucun horaire de piscine qui sera toléré s'il fait la distinction entre les hommes et les femmes".

5. Droit de vote des étrangers

"C'est une position que je défends depuis des années uniquement pour les élections municipales, pour des étrangers en situation en situation régulière et depuis plus de 5 ans. M. Sarkozy vous étiez favorable à cette proposition, vous l'aviez écrit en 2001, rappelé en 2005, confirmé en 2008 (...) vous avez parfaitement le droit de changer, moi je ne change pas".

"Pour faire passer cette réforme, il nous faudra une majorité des trois cinquième, c'est une révision de la Constitution, je soumettrai cette proposition au parlement (...) s'il n'y a pas de majorité, ce sera au peuple français et seulement au peuple français de pouvoir en décider".

6. Le prix des carburants

"La TIPP flottante ça ne coûtera pas à l'Etat puisque l'Etat reçoit par la TVA une recette supplémentaire, je veux redistribuer ce que l'Etat récupère sur ces taxes"

"Nous mettrons au clair les mécanismes de la distribution, ce n'est pas le contribuable qui paiera, c'est le distributeur".



7. A propos du ton de la campagne

"M. Sarkozy, vous aurez du mal à passer pour une victime et pour un agneau".

"Je vais moi-même évoquer tout ce qui a été dit sur moi, vous voulez que je fasse cette liste où vos amis m'ont comparé à je ne sais quel bestiaire, j'ai eu droit à tous les animaux des zoo (...) j'ai eu le droit à toutes les comparaisons les moins flatteuses, j'ai été attaqué sur tous sujets, et vous pensez que j'ai imaginé que c'était vous qui inspiriez ces propos ?"