Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Loi HPST : La Ministre du foot entérine le "désert" médical !

9 Juillet 2010 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Information

La ministre du Football (et accessoirement du reste) Bachelot a annoncé l’abandon des seules mesures de la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) destinées à lutter contre les déserts médicaux : la mise en place de contrats santé solidarité et l’obligation pour les médecins de déclarer leurs absences.

Cette annonce traduit le mépris avec lequel est traité le Parlement, puisque de manière assumée le pouvoir exécutif refuse de mettre en oeuvre des dispositions législatives.

Le Parti socialiste appelle les parlementaires de la majorité à interroger le gouvernement sur le rôle qu’il leur fait jouer : soutiens alibis d’une pseudo-réforme un jour, spectateurs muets de son retrait le lendemain.

Le Parti socialiste avait dénoncé, tout au long de la discussion du projet de loi, l’absence de mesure résolue pour lutter contre l’inégalité d’accès aux soins, notamment territoriale. Nous savons que les médecins sont mal répartis sur le territoire et que ce déséquilibre démographique engendre des inégalités d’accès aux soins. Les jeunes médecins ne s’installent pas dans des régions jugées moins attractives.

Alors que ceux qui y travaillent déjà sont surchargés. La Seine-Maritime ne fait pas exception à ce phénomène et de nombreux territoires de notre Département sont déjà menacés de ne plus avoir de médecins.

La lutte contre les déserts médicaux réclame une politique ambitieuse et du courage, des mesures de régulation responsables et structurantes. C’est toute l’organisation des études de médecine et de la médecine libérale qui est à revoir : obligation pour les étudiants de stages longs en médecine ambulatoire, encouragement à la pratique de groupe notamment par le soutien aux maisons de santé pluridisciplinaires, définition des temps d’accès maximum aux professionnels de santé, introduction d’une part forfaitaire dans la rémunération des médecins, encadrement des dépassements d’honoraires, mise en oeuvre de délégations de tâches, …

En renonçant à faire appliquer la loi qu’il a lui même fait voter, en ne présentant pas d’emblée un nouveau projet destiné à lutter contre les déserts médicaux, le gouvernement renonce à prendre la mesure des inégalités grandissantes d’accès aux soins dans notre pays. Il engage ainsi sa responsabilité face aux Français qui depuis 5 ans voient leurs dépenses de santé s’envoler et assistent à la mise en place, avec le soutien du gouvernement, d’une médecine à deux vitesses.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :