Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Rejet

18 Avril 2013 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Société

Libération
édition du 18 avril 2013
 

Ce serait une erreur de les sous-estimer ou de leur opposer une simple indifférence. Les groupes radicaux qui depuis quelques semaines multiplient les actes de violence et polluent le débat sur le mariage pour tous représentent un triple danger.

Tout d’abord, malgré la relative faiblesse de leurs effectifs, les groupuscules extrémistes et brutaux portent une haine de la démocratie. Et de la représentation nationale. Leur rage ne peut nier que la loi offrant de nouveaux droits aux homosexuels a été normalement adoptée par les élus du peuple, ne faisant que traduire une promesse de François Hollande. Ce rejet non avoué de la démocratie est d’autant plus redoutable qu’il bouscule une partie de la droite. La «guerre civile» que Christine Boutin voit se mettre en marche ou l’affirmation par Jean-François Copé que le désordre de la rue est de la responsabilité du seul gouvernement résonnent comme une sourde bienveillance à l’égard des mouvements extrémistes. Peut-être même une légitimation de leurs actions.

Au final, c’est une nouvelle droite qui risque de s’esquisser dans les prochaines années, sous la pression d’un mouvement dont la jeunesse laisse à craindre qu’il continuera de peser sur le débat politique. Face à ce danger, la fermeté et la détermination du gouvernement à mettre en œuvre la réforme sont plus que jamais nécessaires. Mais il appartient aux dirigeants de l’UMP et à la droite républicaine tout entière de dénoncer clairement la dérive radicale des opposants au mariage pour tous.

«Vous assassinez des enfants»

Le député UMP de l'Hérault Elie Aboud le 18 décembre à l'Assemblée nationale.Verbatim En séance à l'Assemblée nationale, le député UMP Philippe Cochet a dénoncé «une brèche qui ne se refermera pas si ce texte passe» et a parlé d'assassinats.

L’UMP joue la carte du raz-de-marée populaire

Récit En attisant la contestation et en dénonçant des violences contre les anti-mariage pour tous, la droite veut gagner dans la rue la bataille perdue au Parlement.

1 commentaire

 

 Alors que le mariage pour tous doit être définitivement voté, les anti ne désarment pas. Plongée chez les plus radicaux.

3 commentaires

par SYLVAIN MOUILLARD, GEOFFREY LIVOLSI

Libération

Les catholiques traditionalistes de Civitas, dans le défilé du 13 janvier. (Photo Edouard Caupeil) Ils se voient comme le «peuple de France» dressé contre la «dictature» en marche. Ces jeunes militants de droite ou d’extrême droite, se revendiquant de «Gandhi» ou «Solidarnosc», multiplient les coups d’éclat contre le projet de loi sur le mariage homosexuel, dont l’examen a repris hier à l’Assemblée nationale. Harcèlement de ministres ou de personnalités engagées en faveur de la loi

 

 

 

Partager cet article

Repost 0