Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Sécurité : Le « piège » des troupes de Sarkozy à Hollande

30 Mars 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Présidentielle 2012

Machiavélique Copé...

Sécurité : Le « piège » des troupes de Sarkozy à Hollande

Sécurité : Le « piège » des troupes de Sarkozy à Hollandephoto: REUTERS/Christian Hartmann

« C’est fou de tomber dans un panneau pareil ! » Vers 20h, plusieurs membres de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé se frottent les mains en regardant les tweets des journalistes qui racontent le meeting que tient le candidat François Hollande à Aurillac.

Installés les uns derrière les autres, pour partie, dans le train de 20h16 Strasbourg-Paris, ils n’ont qu’une envie : en savoir plus !

Ca commence bien, en tout cas…. Le candidat socialiste est en train de venir tout doucement mais sûrement sur le terrain sécuritaire. Patience, patience le meeting n’est pas fini. En attendant, certains regardent un film sur leur iPad. Pas n’importe lequel, non plus… Les marches du pouvoir ! Quitte à se détendre, autant rester dans la thématique. D’autres surfent sur Facebook, puis relisent des communiqués à publier, « Ca va, il est pas trop gentil ? »

Bingo à 20h35. La dépêche AFP tombe sur tous les Blackberry : « Hollande évoque à son tour une faille dans la surveillance de Merah », annonce l’agence de presse. Sourire complice du staff de campagne de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé. Synchronisation des téléphones. Chacun se retourne le montre à son voisin. « On a emmené Hollande où on voulait et il y est allé ». Manifestement c’est un carton plein.

On a du mal à suivre. Pourquoi dénoncer « une faille » dans la surveillance de Mohamed Merah et estimer qu’ « à la suite du drame de Toulouse et de Montauban des questions seront nécessairement posées » les réjouit tellement ? A fortiori quand Alain Juppé, le même jeudi, posait des questions assez proches sur les ondes d’Europe 1. François Hollande peut très bien faire un tabac auprès de son électorat, fédérer ses troupes et qui sait rassembler sur cette question au-delà de son camp. Non ?

Attention, Machiavel est passé par là et manifestement L’art de la guerre aussi. « Il a voulu jouer au Président, on le ramène à son rang de candidat », siffle un des membres de la scène. « L’émotion est pour le moment trop forte. Et surtout au fait qu’il s’est opposé à toutes les mesures de sécurité que nous avons votées, comme la loi anti-terroriste de 2006. Donc si aujourd’hui il s’invite sur ce terrain de la sécurité, ça va lui revenir en pleine figure », commente un autre.

Dès lors, l’interview de Jean-François Copé dans le Figaro, publiée ce jeudi matin, servait à préparer le terrain :

« Face à ce drame, j’invite François Hollande et ses alliés Verts à garder la dignité qui convient. Je constate qu’ils poursuivent inlassablement leur campagne sur le chemin de l’ambiguïté permanente. Dans le domaine de la laïcité, ils sont incompréhensibles. Ils ont refusé de voter notre loi d’interdiction de la burqa. En revanche, ils ont stigmatisé le débat – ô combien majeur – que j’ai animé à l’UMP et qui visait à distinguer le libre exercice des cultes, dans le respect des lois de la Répu­blique, et ce qui relève de pratiques intégristes qu’il faut combattre sans re­lâche. Le thème de la sécurité va-t-il revenir au cœur du débat présidentiel? », déclarait le patron de l’UMP.

« La sécurité a toujours été au cœur de ce débat. Il n’y a qu’à Paris qu’on fait semblant de ne pas voir que c’est un souci majeur. Ou au PS, parce que face à un Nicolas Sarkozy pleinement crédible sur son bilan et sur ses propositions, François Hollande n’a jamais fait de la sécurité une priorité de son projet. Le PS vient donner des leçons alors qu’il s’est opposé à la totalité des mesures de sécurité que nous avons votées et mises en œuvre, depuis les peines planchers jusqu’à la rétention de sûreté, en passant par les caméras de surveillance dans les villes! », ajoutait-il encore

Une interview évidemment critiquée par nombre d’amis de François Hollande… Alléluia ! Il n’en fallait pas tant pour faire le bonheur des soutiens de Jean-François Copé. « En reprenant les critiques de Copé, ils les a largement diffusées dans l’opinion et leur ont fait une super publicité », s’extasie un haut responsable de la majorité. Et de conclure : « On a fait du trash car Copé n’a aucun problème a faire des accrocs à son costume. » Un costume de patron de l’UMP auquel Nicolas Sarkozy a rendu hommage après son meeting de Strasbourg, en reprenant, chose rare, la parole après la Marseillaise, pour le remercier. « Le message d’encouragement est clair », fanfaronnaient les troupes de Copé. Une bien belle soirée donc pour les amis de Nicolas Sarkozy…

D’Aurillac (Cantal), François Hollande leur a répondu : « La lutte contre l’insécurité fait partie de mes engagements. Que l’on ne vienne pas nous dire que la gauche aurait je ne sais quelle indulgence et la droite je ne sais quelle compétence« . Et de conclure : « Je me tiendrai toujours à distance de ces attaques qui ne me touchent pas« . Dans le train, les amis de Nicolas Sarkozy étaient revenus à leurs petites affaires.

Les InROCKS

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0