Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Suppressions de postes : les lycées professionnels en tête, puis le premier degré... et grève le 31 janvier

19 Janvier 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Education

Suppressions de postes :

les lycées professionnels en tête, puis le premier degré...

et grève le 31 janvier

jeudi 19.01.2012, 05:26  - LAURENT DECOTTE

 Chaque établissement va savoir dans les jours qui viennent s'il est concerné. Et comment. PHOTO ARCHIVES PATRICK JAMES Chaque établissement va savoir dans les jours qui viennent s'il est concerné. Et comment. PHOTO ARCHIVES PATRICK JAMES

| ÉDUCATION |

Les 1 020 suppressions de postes dans l'académie de Lille à la rentrée prochaine se précisent.

Les syndicats détaillent et appellent à la grève le 31 janvier. Tandis que le rectorat, lui, ne veut pas étayer sa position avant lundi, jour de sa conférence de presse. ...

 

 

« Nous sommes très inquiets pour les lycées professionnels », pointe Marc Christofeul, secrétaire académique du SE-UNSA. La note de 468 postes supprimés (pour 5 000 élèves en moins) est la plus salée. « Il y a le phénomène suivant : le bac professionnel ne s'obtient plus en quatre ans, mais en trois. La réforme a été mise en place il y a trois ans, donc il y a cette année le double d'élèves en terminale. Plus l'an prochain. Ce que le rectorat qualifie élégamment de "bourrelet" d'élèves. » Et d'insister. « Et même ! le compte n'y est de toute façon pas : on supprime un professeur pour onze élèves en moins. Il y a combien de classes à onze élèves ? »

« Catastrophe »

Karine Boulonne, la patronne du SNES-FSU, explique, elle, que le rectorat va tout faire pour combler des filières où il y a quinze élèves par classe. Ce au détriment des choix des élèves.

Deuxième à ce que les syndicats qualifieraient de bien triste palmarès : le premier degré. Il perd 335 postes d'enseignants (192 dans le Nord, 143 dans le Pas-de-Calais) et 64 intervenants extérieurs (notamment en langue). Et ce pour 4 996 élèves en moins. La même remarque vaut : « On ferme un poste pour quinze élèves en moins. Or, il y a peu de classes de quinze élèves. » Selon Olivier Laby, secrétaire régional UNSA Éducation, « Nicolas Sarkozy a promis d'épargner le primaire donc ils ne vont pas trop supprimer de postes devant élèves. Mais les conseillers pédagogiques, les maîtres G, les RASED, tous ces postes de soutien ou d'enseignant spécialisé, vont trinquer. » Et Karine Boulonne de contester le nombre d'élèves en moins. « Le problème, c'est qu'on ne compte plus les deux-trois ans. Un enseignement dans le viseur du rectorat. » Dans les lycées généraux et technologiques, c'est 117 postes en moins pour 1 070 élèves supplémentaires. L'UNSA explique d'une part un phénomène mécanique, mais trouve de toute façon anormal que l'on enlève des adultes. Il dénonce la hausse des heures supplémentaires pour permettre cette coupe claire. Et Karine Boulonne pointe du doigt le résultat de la réforme du lycée. Enfin, les collèges bénéficient de 20 créations de postes (dans le Pas-de-Calais), mais pour 594 élèves supplémentaires. « On va encore gonfler les classes en collège alors que c'est peut-être là que le malaise est le plus grand », dénonce Karine Boulonne.

Le pourtant plus tempéré UNSA crie à la « catastrophe », et estime que l'on « flingue le système éducatif ». karine Boulonne, dont le syndicat inclut aussi dans son mot d'ordre, contrairement à l'UNSA, le retrait de la réforme de l'évaluation des enseignants, tente de motiver ses troupes. En substance : « En période électorale, on peut plus facilement faire reculer le gouvernement. »

Partager cet article

Repost 0