Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de la section PS Anzin

Vincent Peillon: «moins d'apprentissages dans une journée, plus dans toute l'année»

5 Septembre 2012 , Rédigé par José Pressoir Publié dans #Education

Vincent Peillon: «moins d'apprentissages dans une journée, plus dans toute l'année»

 

Au lendemain de la rentrée scolaire, Vincent Peillon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin pour aborder les sujets cruciaux faisant l'objet d'une concertation initiée par le gouvernement : le rééquilibrage des rythmes scolaires, le zonage des vacances scolaires, la création de nouveaux postes pour cette rentrée et la réintroduction de la morale laïque dans les programmes scolaires.

Un climat bon pour la rentrée 2012

Le changement était annoncé, le ministre l'a prouvé : 6000 créations de postes dans le secondaire, pour aider à ce que cette rentrée 2012 se passe dans de bonnes conditions, et «le climat» s'en ressent; 1000 professeurs supplémentaires ont aidé à ce que 670 classes ne ferment pas cette année, 1500 postes créés pour accompagner les enfants en situation de handicap. Le gouvernement oeuvre pour compenser les 80 000 postes supprimés lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

 

Zonage des vacances estivales

Concernant le zonage académique des vacances d'été demandé par l'industrie du tourisme, le ministre a indiqué qu'il «n'écartait pas la possibilité», considérant cette suggestion digne d'intérêt :«J'examine avec sérieux et intérêt. Je n'ai pas trouvé cette proposition sotte.»
Il s'agirait de décaler le début des vacances en fonction de zones géographiques, comme pour les congés du mois de février ou à Pâques.
Et d'ajouter qu'une discussion "est en court, elle n'est pas du tout irrationnelle. Nous devons conjuguer un intérêt de la France qui est un intérêt économique - et vous savez l'importance de l'industrie touristique - et l'intérêt de nos enfants."

Rééquilibrage des rythmes scolaires et calendrier

Sur sa volonté de revoir le calendrier scolaire, Vincent Peillon a expliqué que la seconde semaine de vacances de la Toussaint devait être compensée «en partant plus tard en été, et avec des journées prises au mois d'avril ou de mai.»
Ce rééquilibrage des rythmes scolaires doit s'appliquer aux journées, aux semaines et à l'année dans sa globalité. En ce sens, un retour à la semaine de quatre jours et demi devrait être effectif à la rentrée 2013.
Et de souligner:
Tout le monde se rend compte que nous ne pouvons pas laisser nos enfants avec 144 jours de classe par an. (…) Comme on a très peu de jours de classe, on a bourré les journées, et donc on a des enfants, dès le CP, qui ont six heures de cours, voire ceux qui sont en difficulté, un peu plus, alors que nous savons tous qu’au-delà de quatre heures, et tous les spécialistes le disent depuis des années, au-delà de quatre heures, quatre heures trente, il n’y a plus de possibilité de bien apprendre.
S'adressant aux parents, le ministre a insisté :
On ne va pas renvoyer les enfants chez eux. On va organiser différemment la journée des enfants, en articulant mieux ce qu’on appelle le temps scolaire et le temps éducatif, car nous ne renonçons pas à continuer à les éduquer (…) moins d’apprentissage dans une journée, plus dans l’année, avec des vacances plus équilibrées. Quand on regarde les incidents, les violences, les suicides des jeunes, ils apparaissent avec la fatigue du 1er trimestre. »

Un enseignement portant sur les obligations, les devoirs, envers soi-même, envers les autres

Par ailleurs, Vincent Peillon a souhaité apporter des précisions quant à sa proposition de retour de la morale à l'école :
Nous avons aujourd’hui des cours à l’école élémentaire, au collège, et au lycée, ces cours ne sont pas harmonisés, donc ce sont des cours à la fois d’instruction civique, des cours qui portent sur la laïcité.
Donc, un, il faut inscrire une continuité dans un enseignement, quand on fait des mathématiques ou de l’histoire-géo, on comprend que c’est la même chose, deux, il faut dire que – et ça c’est fondamental et c’est pour ça que j’ai parlé de morale laïque – que ça ne peut pas être simplement un enseignement de la loi, le contrat, les notions d’instruction civique, mais que ça doit aussi être un enseignement qui porte sur les obligations, les devoirs, envers soi-même, envers les autres, et les réflexions sur le sens de l’existence.
Insistant sur le fait que l'école s'adressait aussi «à l’esprit, et la République ça se fait aussi avec des républicains qui partagent, ensemble, un certain nombre de valeurs. Nous voyons bien, dans le contexte où nous évoluons, la précision, le jugement, la connaissance, qu’il faut défendre ces valeurs. C’est à l’école de le faire.»
Et le ministre de conclure:
Et ce n’est pas des recettes, ce n’est pas un code, ce n’est pas un catéchisme, c’est exactement l’inverse dans la laïcité, c’est en permanence une interrogation la plus ouverte et la plus libre possible, l’école, en instruisant, éduque à la liberté.

Partager cet article

Repost 0